Je reviens tout droit de Rome. Qu’on m’y ramène sur le champ ! Ou dans un mois peut-être, quand il y aura moins de touristes et que la température aura décru de quelques degrés. Que les restaurants auront rouverts. Que les vendeurs à la sauvette se seront quelque peu dispersés… OK. Partir en août est à éviter autant que faire se peut, je prends note (remarquez ma novicité en la matière).

Et si avant de verser dans l’encenseur guide touristique ponctué de photos-cartes-postales, on parlait de tout ce qui n’est justement PAS dans les guides ? Ce genre de choses qui vous font bouillir intérieurement sur le coup et vous font heureusement mourir de rire une heure plus tard si vous avez le sens de l’humour adéquat (= une grande propension à tourner même les pires choses en dérision).

Voici donc mon top 10 de toutes ces choses et situations les plus OMG et WTF de Rome qui ont croisé mon chemin ! Impensables et indispensables…

***

💡 Vous voulez être sûr de réussir votre voyage à Rome ? Alors en plus de mes 10 conseils, voici le top des billets et pass coupe-files pour visiter Rome dans les meilleures conditions (pas comme moi ! 😆) et ne surtout rien manquer :

  • Carte des Transports en Commun de Rome : ce pass va vraiment simplifier votre séjour. Il vous offre 72 heures de transports en commun (métro, bus, train et tram), un transfert (aller simple) de l’aéroport à la gare centrale de Rome et un audioguide.
  • Pass de la Ville de Rome : si vous restez plusieurs jours à Rome, ce pass à 67,50 € (tarif adulte) est très intéressant car il vous permet d’éviter toutes les files d’attente, d’accéder aux musées les plus célèbres, d’entrer gratuitement dans la Basilique Saint Pierre et le Colisée, d’avoir des réductions sur de nombreuses attractions, et de bénéficier gratuitement du transfert aéroport ainsi que du Hop-on Hop-off Bus. Si ce pass ne vous convient pas, vous pouvez découvrir d’autres types de cartes de réduction à Rome par ici.
  • Billet coupe-file Musées du Vatican et Chapelle Sixtine : la file est immense et peut durer des heures ! N’y allez surtout pas sans acheter votre entrée en ligne. Et si vous avez envie de voir le Vatican au travers d’une visite insolite, il existe aussi cette visite guidée en français de la nécropole du Vatican.
  • Billet coupe-file Basilique Saint Pierre : un autre immanquable de Rome où tous les touristes affluent. Ce billet comprend aussi un audioguide en français.
  • Billet coupe-file Colisée : comment aller à Rome sans visiter le Colisée ? Et en passant devant tout le monde, c’est encore mieux… Ce billet vous donne en plus accès au Mont Palatin et au Forum Romain.

***

1) Vade retro cartas creditas !

A Rome, on paye en cash. Tout. Du restaurant touristique et ses pâtes surgelées jusqu’aux tickets de métro. Même le Vatican fait du black. Donc si vous n’avez pas en permanence un gros paquet de liquide sur vous, vous pouvez dire adieu aux visites, au shopping, aux gelati et tant d’autres.

A tenter : mais si vous êtes des têtes dures, vous pouvez vous livrer à une petite expérience que nous avons tentée avec ma mère, ma sœur et moi. Demandez au serveur qui vous apporte votre addition de payer en carte bancaire. Là, normalement, il devrait avoir une mimique de répulsion/dégoût/terreur avec un mouvement de recul. Et vous dira très certainement que la machine est en panne. Insistez, vous n’avez pas de liquide sur vous. Tout d’un coup s’ouvre alors la possibilité que la machine puisse marcher. On vous amène à l’accueil et la femme installée là-bas surenchérit : elle n’est pas sûre que la machine fonctionne, hein ! Vous rentrez votre carte et composez votre code. Tiens, ça marche…

2) Ton pain, ton couvert et ton eau tu payeras

Oui, dans votre addition sera la plupart du temps ajouté le prix de vos couverts. Comme si vous aviez la possibilité de refuser. “Non non, pas d’assiette ça ira, posez ma salade ici.”
Quant à l’eau, n’espérez pas vous en tirer avec la carafe gratuite du robinet. Des bouteilles d’eau minérale par dizaines vous consommerez (et d’un demi-litre seulement. Tout est question de rentabilité à Rome…).

L’anecdote ultime : un restaurant nous a apporté et fait payer une bouteille dont l’eau – on est prêtes à le parier – était en provenance directe du robinet de leur cuisine.

3) Un pourboire tu laisseras (ou pas)

Ca y est, tu as payé ton couvert, ton eau et ton pain ? Ne pars pas si vite inexpérimenté petit touriste. Pratiquement tous les serveurs de Rome s’attendent à avoir un pourboire (sans doute une autre des raisons pour lesquelles la machine à carte bancaire provoque des crises cardiaques à sa simple évocation). Mais lorsque le repas a été composé de surgelés, d’eau du robinet et d’un serveur collant… résistez. Pour l’amour du bien manger et pour signifier votre ras-le-bol de ces restaurants à touristes.

Le pire qu’on ait vu ? Un serveur puant au possible qui faisait semblant de ne pas comprendre que nous voulions qu’il nous rende la monnaie = 5 euros !
Voici en gros la conversation traduite :
Ma sœur : La monnaie, s’il vous plaît.
Le serveur : Oh pour moi ? (avec un sourire resplendissant)
Ma sœur : Non, rendez-la moi.
Le serveur : Oui, 5 euros pour moi !
Ma sœur : Non, pour moi !!
Le serveur : Pour… vous ?
Ma sœur : Oui, les 5 euros pour moi !
Le serveur : Aaah…

4) Louis Vuitton a ouvert un nouveau pop up store

Ma sœur, qui est en train de finir ses études de commerce de luxe, s’est étonnée de découvrir l’existence d’un nouveau pop up store Louis Vuitton. De centaines de pop up stores Louis Vuitton dans tout Rome en fait.

5) Sauve-toi devant les vendeurs à la sauvette

La photo ci-dessus n’est qu’un échantillon de ce qui vous attend dans les coins les plus touristiques de Rome. En direction du Vatican par exemple, vous ne pouvez pas faire un pas sans rencontrer un vendeur de sacs, cartes postales, lunettes… pour vous forcer la main à ramener de Rome un souvenir fabriqué en Chine.

Vous avez une casquette sur la tête et vous vous croyez ainsi à l’abri des vendeurs de chapeaux ? Détrompe-toi innocent petit touriste. Les vendeurs se presseront autour de toi pour te mettre leurs chapeaux sous le nez. Ils veulent qu’on fasse une collection peut-être ?!

Et si vous avez l’audace de refuser sèchement la carte postale ou le quelconque dépliant qu’on vous agitera à quelques centimètres du visage, ledit vendeur repartira de très mauvaise humeur en répétant ce que vous venez de lui dire sur un ton suraiguë (du genre : “Non mercii ! Non merciii !”).

6) Les guides “Un Grand Week-end” tu n’achèteras pas en août

La quasi-totalité des restaurants et boutiques proposés dans ce guide (qui n’en est pas moins très intéressant) étaient fermés pour congés. En fait c’est simple, si vous venez à Rome durant le mois d’août, vous n’aurez pas d’autre choix que de manger dans des attrape-touristes. Rageant.

Mon conseil : pour vous consoler, rattrapez-vous sur les glaces qui sont bonnes à peu près partout.

7) 7 euros pour monter au 7ème ciel (avec ascenseur)

Un panaroma formidable s’offre à vous au sommet du Vatican. Si tu y parviens petit touriste en sueur et aux pieds désemparés. Soit vous payez 5 euros pour vous farcir plus de 500 marches exiguës que je déconseille aux claustrophobes, soit vous raquez 7 euros pour prendre l’ascenseur et ne faire que les 300 petites marches restantes. Que choisis-tu téméraire petit touriste ? Tu pars déjà ?!

Vatican Rome
Une vue bien méritée…

8) Keep calm and take your map

Les Romains doivent certainement avoir un sens de l’orientation hors pair. Car pour ma part, j’ai été complètement déroutée par le manque d’indications. Et lorsqu’il y en avait, cela ne rendait pas les choses plus claires. Pour dédramatiser la situation, je vous propose de vous distraire en regardant les autres groupes de touristes qui s’enguirlandent devant leur plan. On se sent tout de suite moins seul.

9) Le bus, cette grande aventure

Ô joie, ô clameur et fierté lorsque l’on pense avoir trouvé la bonne ligne de bus ! Puis on retombe sur terre. Brutalement. A proximité du terminal. Dans un coin paumé. Et on se rend compte qu’on a en fait absolument rien compris aux panneaux de bus. Mais il était déjà trop tard nous concernant, et c’est donc en quête du bus 23 que nous sommes parties. Après moult tours et détours, nous y étions. Et lorsque 20mn plus tard un bus 23 fit son apparition triomphale à l’horizon… il se transforma en bus 69. (??!!) Invectives des Italiens et mouvements de bras en l’air tout à fait similaires aux miens.
On a fini par marcher, et ne vous inquiétez pas, on s’en est sorties, sinon je ne serais pas là à écrire ces lignes.

10) Oh l’arnaque ! Le Colisée est tout cassé !

Je rigole. Il me manquait un numéro 10.

Colisée Rome

Mais…

… malgré tout cela, Rome est magique. Comme dirait ma mère : on est heureux dans un endroit à partir du moment où ses défauts, aussi nombreux soient-ils, sont supportables et ont moins d’importance face à ses qualités…

Rendez-vous sur Hellocoton !24

14 comments

Répondre

LOL, dis donc j’ai échappé à tout cet enfer en allant à Rome à la Toussaint ;-)
Merci pour toutes ces anecdotes, quoi qu’il en soit Rome restera toujours la Ville Eternelle <3

Répondre

ahah!! merci pour tes conseils je pars à rome en septembre … ;)

Répondre

Haha super article, je suis déjà allée à Rome et je reconnais quelques petites choses, j’adore le numéro 10 ;)

Répondre

J’adore ton article! Je ne suis jamais allée à Rome mais je prends bonne note au cas où!

Répondre

Bonjour,
Ton article est très utile et amusant à la fois. Oui, il faut faire gaffe à tout cela.

Répondre

Excellente la vue sur le Vatican ! Bien joué !

Répondre

C est vrai tout ça. …
Au niveau arnaques ils sont très doués! !!

Répondre

Oh oui… Tu en as fait l’expérience récemment ?

Répondre

merci pour les infos. pour nous se sera en mars la visite de Rome

Répondre

Avec plaisir Aubin ! Super, vous ne risquez pas d’avoir chaud ni de finir dans des restaurants à attrape-touristes. ;) Profitez-en bien !!

Répondre

Merci pour les conseils on part en Juillet je pense qu’il y aura peut-être plus de restaurant ouvert ce mois-ci, je voulais aussi préciser que connaissant bien Rome pour y être aller plusieurs fois je te rassure les touristes et les vendeurs c’est toute l’année, d’août à juillet! Le seul problème du mois d’août c’est que c’est les vacances pour les romains et du coup y’a moins de romain, Rome sans romains c’est comme Paris sans parisiens!

Répondre

Je te le souhaite pour les restaurants ! ;) C’est tellement frustrant de repartir de Rome sans avoir fait la moitié des lieux où on voulait manger. Et oui, j’ose imaginer pour les touristes et les vendeurs à la sauvette… En tout cas, profite bien de ton côté, mange tout ce que tu peux, et ne ramène pas de chapeaux acheté dans un “pop up store” ! :D hahaa
Arrivederci!

Répondre

C’est drôle j’aurais pu écrire cet article tellement mon expérience est similaire à la tienne. Maintenant je cherche à y retourner mais dans une période plus favorable et où la population a été divisé par 5 minimum. ça sera septembre ou avril du coup..

Répondre

Alors je te souhaite de bientôt y retourner Carole ! C’est aussi dans mes projets… Tellement déçue d’avoir découvert cette ville incroyable dans ces conditions.

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading Facebook Comments ...